À l’aube du début des entrainements prévus pour le milieu de semaine, le staff sportif du club s’est confié sur leurs réflexions quant à la construction de l’équipe.

Une première étape difficile

Il est vrai qu’à la suite d’une fin de saison aussi aboutie et réussie, n’importe quel coach aimerait garder l’ensemble de son effectif. S’il le pouvait, Savo Vucevic l’aurait fait. Très attaché à son groupe et aux valeurs humaines de ses joueurs, la séparation fut douloureuse. En fin de saison, Coach Savo a pris tout son temps afin de rencontrer tous les joueurs, comprendre leurs envies, leurs ambitions et ainsi expliquer son avis.

Cela a été très difficile de se séparer de certains joueurs. Je pense notamment à Philippe Braud qui a été un capitaine irréprochable tout au long de l’année, qui a tant apporté au club. Concernant Pierre (Pelos), sont agent et lui-même souhaitait avoir plus de responsabilités au sein d’un club Pro B. Cela lui correspondait plus pour le moment. Bien entendu, j’aurais souhaité garder tous mes joueurs, mais il a fallu faire des choix difficiles –

Savo Vucevic

Le capitaine Philippe Braud

L’ossature voulue et obtenue

Le staff sportif a souhaité garder une partie importante de l’effectif qui a permis à la JL de retrouver les joutes de la Pro A. Logiquement, les grands architectes du succès de la saison passée étaient la priorité du club. En réengageant Youssou N’Doye (l’une des révélations de Pro B), Maxime Courby (le meilleur shooteur à 3pts pour la deuxième année consécutive en Pro B) et Zachery Peacock le double MVP du championnat, l’équipe était reconduite à 50%.

Nous sommes très heureux de pouvoir repartir avec une bonne partie de l’effectif de la saison précédente. C’est une petite victoire de voir que des joueurs comme Zach nous font encore confiance malgré les autres offres qu’ils ont reçues. C’est aussi une vraie marque de confiance que l’on accorde à nos joueurs et notamment à Youssou N’Doye qui sera un rookie de Pro A l’année prochaine, mais sur qui nous voulons compter. – Savo Vucevic

Même si tout ne s’est pas déroulé de la meilleure des façons en ce qui concerne le jeune Thibault Desseignet, le staff du club a réussi à obtenir ce qu’il souhaitait dans les grandes lignes. En effet, malgré l’intérêt de plusieurs clubs, aucun contact n’a abouti. Le club n’abandonne pas sa volonté de prêter le jeune meneur afin qu’il puisse s’épanouir dans une équipe qui lui laissera plus de responsabilités.

Une réflexion commune pour une vraie plus-value

L’effectif à moitié finalisé, les hommes du staff sportif (Savo Vucevic, Gérald Simon et Fred Sarre) se sont activés afin de trouver les profils les plus adéquats à l’équipe déjà composée.

Nous avons beaucoup travaillé afin de trouver des joueurs qui nous apporteront une plus-value sans pour autant révolutionner ce qui est déjà en place. Nous avons déjà 5 joueurs qui nous ont portés la saison passée. Il s’agit ensuite de trouver des profils qui apportent d’autres choses. – Savo Vucevic

La recrue Lance Jeter aux tests médicaux

 

C’est par exemple le cas de la recrue américaine Lance Jeter. Le meneur récemment MVP du championnat néerlandais a été choisi pour son profil atypique et différent de ce que pourrait apporter Garrett Sim. Moins shooteur, mais plus âgé, son expérience, son physique et son leadership apporteront de nouvelles qualités à ce poste. C’est ainsi qu’a réfléchi l’ensemble du staff sportif afin d’essayer d’avoir une équipe polyvalente. Coach Savo admet son goût particulier pour les joueurs pouvant évoluer à plusieurs postes. Pour autant, il porte une attention toute particulière sur le profil humain des joueurs qu’il recrute.

On a pris du temps à essayer de comprendre qui est qui et comment il fonctionne. Avant chaque choix, je souhaite avoir des renseignements concrets sur le profil humain des joueurs. Je m’entoure des personnes en qui j’ai confiance et qui les connaissent afin d’en savoir plus. Le basket va au-delà de l’aspect statistique et vidéo. J’ai parlé avec chacun des joueurs que nous avons signés bien avant de le faire. J’aime parler avec eux, comprendre leurs attentes, ambitions et leur profil humain. – Savo Vucevic

C’est le cas par ailleurs de C.Simon. Ce top scoreur et meilleur joueur de son équipe n’est pas seulement une ligne statistique impressionnante. Le joueur lui-même s’est confessé auprès du coach lui signifiant qu’il ne jouait pas pour lui, mais pour l’équipe. Une longue entrevue entre les deux parties qui s’est conclue par un très bon feeling.

Produire un “beau” Basket

Bien entendu l’objectif du maintien est à l’ordre du jour. Pour autant, Coach Savo ne veut pas en parler ni s’en contenter.

Mon premier objectif est de proposer un basket attrayant et efficace. C’est la chose sur laquelle nous nous concentrerons – Savo Vucevic

Conscient de la descente immédiate du club après sa montée en 2014, Gérald Simon tempère et se veut lucide sur la situation.

Oui, nous avons encore tous en tête cette saison 2014-2015 où nous faisons l’ascenseur. Même si nous nous préparons pour tenter de battre le plus d’équipes possible nous pensons bien entendu au maintien. Nous connaissons l’ampleur de la tâche et nous ne voulons pas répéter les erreurs d’il y a 2 ans. La leçon de l’histoire c’est de ne pas se tromper sur le recrutement. 50 à 60% de la saison se joue là dessus. Nous avions fait l’erreur de ne pas remplir la case meneur correctement à l’époque et malheureusement la blessure de S.Darnauzan nous avait ensuite coûté très cher. C’est en ce sens que nous avons effectué un gros travail sur le recrutement. – Gérald Simon

Chase Simon

 

 

L’ Éternelle Inconnue Subsiste

Finalement, la clé d’un bon recrutement se joue sur plusieurs tableaux. À commencer par la complémentarité des joueurs entre eux, leurs compétences techniques, leur côté humain, leurs aptitudes physiques et leur historique de blessure. Beaucoup d’autres choses dépendent de la bonne prise de la “mayonnaise”

Nous avons essayé de prendre en compte toutes ces inconnues-là pour justement éviter d’avoir de mauvaises surprises. Nous avons essayé de penser à tout, y compris la nationalité des joueurs, leurs cultures, leur ouverture au jeu européen, au fait qu’ils ne soient pas rookie, etc… Pour autant nous sommes conscients qu’il n’y a jamais rien de sûr à 100%. Il y a toujours un facteur X qui peut faire que le joueur ne s’adapte pas bien ou au contraire qu’il se révèle totalement au sein du collectif.- Gérald Simon

Bien heureusement, c’est encore là toute la beauté de notre sport !