Retour sur la vie riche en rebondissement d’un certain Boris Diaw, capitaine de l’équipe de France de Basket.

Ce Samedi, la JL Bourg reçoit les Levallois Metropolitans et par la même occasion : Boris Diaw, l’emblématique capitaine de l’équipe de France de Basket. Si la planète du Basket en France s’est affolée cet été à l’annonce du retour de “Babac” ce n’est pas pour rien. Retour sur la carrière trépidante d’un joueur aux multiples facettes…

Le “petit” Boris Babacar Diaw-Riffiod né à Cormeilles-en-Parisis il y a maintenant 35 ans avait déjà de qui tenir puisque sa maman Elisabeth Riffiod  (considérée comme l’une des meilleures joueuses de l’histoire du Basket Féminin français) et son papa Issa Diaw (saut en hauteur) étaient tous les deux de grands sportifs. Si les plus jeunes d’entre-nous ne se rappellent que du Boris Diaw en NBA, il y a d’abord eût le Boris Diaw de L’Élan Béarnais !

Réputé pour sa vivacité, son athlétisme, sa vision de jeu et son jump capable de postériser les plus grands joueurs du championnat de France, Boris remporte ses premiers titres au sein du Championnat de France Pro A et en Coupe de France. Très vite, les projecteurs de la NBA se braquent sur lui et lui promettent une belle carrière aux États-Unis.

©Mickael Barkley

En 2003, à l’âge de 21 ans, Babac est drafté en 21e position au sein des Hawks d’Atlanta. L’ailier longiligne est alors placé…à la mène ! Ses deux premières saisons au sein de la grande ligue seront mitigées et c’est en 2005 qu’il est transféré aux Phoenix Suns où ce dernier explose totalement. Intégré dans une équipe qui gagne et aux côtés de joueurs reconnus tels que Steve Nash ou bien Amar’e Stoudemire, Boris Diaw (13,3 pts/match) s’impose très vite dans le 5 majeurs. Il évolue alors dans l’une des équipes les plus impressionnantes du moments coachée par le mythique Mike D’Antoni. Capable de jouer à tous les postes, Babac devient la coqueluche des américains ! Consécration ultime pour Boris qui devient alors le 1er joueur français de l’histoire à remporter le titre de “Meilleure Progression de l’Année”.

Suite à un 1er titre NBA avec les Suns, Boris atterri ensuite aux Bobcats de Charlotte où il continuera de faire le job mais dans une Franchise récente qui a tout à apprendre.

En 2011 lors du Lock-Out NBA, Babac alors Président du Club de la JSA Bordeaux, vient faire une pige dans son club et a même l’occasion de jouer à la rue Charles Robin à Bourg, où ses amis Nicolas Batum et Ronny Turiaf étaient venus l’encourager ! Un an plus tard, son grand ami Tony Parker le fait venir au sein de sa Franchise des San Antonio Spurs (2011) où il sera un véritable “Play Maker” pendant 5 saisons dans une équipe très collective. Sa dernière ligne droite Outre-Atlantique se situe alors aux Utah Jazz auprès d’un certain Rudy Gobert où sa figure paternelle accompagne le prometteur pivot Choletais.

Boris Diaw c’est plus de 1000 matchs, 9000 pts et des tonnes de caviars mais c’est aussi et surtout l’un des capitaine les plus charismatique de l’Équipe de France ! La représentation de l’amour du maillot de son pays, le symbole de la génération dorée de Zadar (Champion d’Europe Junior) qui a considérablement enrichie la vitrine à trophée de la Fédération Française de Basket Ball. Babac est finalement la figure paternelle de l’équipe de France et aussi l’un des premiers fers de lance qui a permis à d’autres grands joueurs de progresser et s’intégrer parfaitement au sein de l’EDF ces dernières générations.

Difficile de ne présenter Boris que sous son aspect de basketteur puisque “Babac” c’est aussi un véritable homme d’affaires, un passionné de safari photo, de bons vins… Bref une vie tellement remplie que l’on s’en demanderait presque s’il n’en a pas eu plusieurs !

Une chance donc de le voir ce samedi à Ekinox, nous espérons que vous lui réserverez un accueil des plus chaleureux !

JE RÉSERVE MA PLACE