La JL Bourg se devait de gagner pour jouer une finale au Portel.

75-70 

À Ekinox (Bourg-en-Bresse), 33e journée de Jeep® Élite, le lundi 13 mai à 20 h 45


Le film du match


Ulmer est dans un grand soir pour lancer cette rencontre enchaînant une pénétration, un primé et un contre dès les deux premières possessions burgiennes. Nanterre garde tout de même le contact avec Konaté au dunk et  Jeremy Senglin (19 points et 2 passes) qui marque à son tour de derrière l’arc. Ndoye nous offre à son tour une bonne défense et devient le meilleur contreur de l’histoire du club avant d’aligner deux paniers. Invernizzi fait à son tour mouche à 3 points. On connaît bien les qualités de cette équipe qui peut artiller de n’importe où (4e 09-08) !
Les visiteurs passent ensuite devant avec deux lancers francs de Treadwell. La JL se heurte à une défense solide sous le cercle et se voit sanctionner par Senglin à mi-distance. Une interception de Courby permet néanmoins aux Bressans de garder le contact (7e 11-12). Invernizzi continue d’artiller à 3 points avec réussite alors que Youssou Ndoye (12 points et 12 rebonds) doit s’employer pour récupérer une balle et scorer. Senglin est cette fois-ci sur la ligne pour alimenter le score des Franciliens puis c’est Gray qui envoie de loin. Beaucoup d’intensité sur le parquet d’Ekinox ce soir ! Gamble et Konaté repassent un cinq à zéro dans la dernière minute afin de créer le premier écart du match, 16 à 22. 

« Bourg a des ressources »

Le deuxième du championnat poursuit sa série dès l’entame du deuxième acte avec un 2+1 de Invernizzi. La réaction est attendue même si Johnson marque encore en tête de raquette. La réussite est au rendez-vous pour Nanterre qui shoot à 75 % avant le temps mort de Savo Vučević. Qui plus est, Bourg a perdu Sim et est beaucoup plus sanctionnée par les fautes, autant dire que Nanterre n’a pas besoin de ça ce soir. Invernizzi conclut un 12 à 0 sur une contre attaque avant que Max Courby (11 points et 7 rebonds) n’arrive à marquer sous le cercle après que toute l’équipe se soit employée à capter quatre rebonds offensifs, suite à de la maladresse offensive (14e 18-29).
Gamble et Courby font le job sur la ligne des lancers puis Zerbo enchaîne bonne défense et panier en attaque. Julian Gamble (9 points et 7 rebonds) réussit pour ce coup son panier à l’intérieur et maintient l’avance d’une dizaine de points des siens. De derrière l’arc, les visiteurs ne ratent aucune occasion comme le montre Johnson au contraire de la JL qui trouve enfin la mire avec Tchouaffé après un panier de Courby (17e 27-36). Les lancers francs de Juskevicius sont des points faciles pour ce shooteur alors qu’Ulmer règle aussi la mire de loin. Sauf que Juskevicius lui répond directement et la Jeu ne peut revenir au contact. Ulmer ne lâche néanmoins rien et avec le 2+1 de Gray qui suit son panier sur contre-attaque, on souffle enfin un peu. Le meneur burgien pique une nouvelle balle et décroche encore le and one. Ce 8 à 0 final arrive au bon moment puisque les Rouge et Blanc sont menés 38 à 41. 

Avec un primé de Zack Peacock (16 points et 4 rebonds) au retour des vestiaires, les compteurs sont remis à zéro. Les deux formations manquent le coche pour prendre le contrôle à l’image des lancers manqués par le capitaine ou des petits shoots de Johsnon. L’intérieur burgien se rattrape finalement en scorant dans la peinture. Senglin s’y infiltre à son tour avant d’aligner un primé. Nanterre retrouve de l’adresse sauf que Ndoye reste attentif des deux côtés du parquet (25e 45-47).
Peacock et Ndoye poursuivent la bonne passe bressane dans un Ekinox qui pousse. Invernizzi a plus de mal à se rapprocher du cercle même s’il score quand même. Ce mano à mano profite ensuite à Johnson qui aligne quatre points. De quoi provoquer le temps mort burgien (28e 49-52). Senglin se retrouve par la suite sur la ligne des lancers afin de redonner un peu d’avance aux Franciliens. Courby vient mettre son grain de sel avec un tir longue distance pour entamer l’ultime minute. Ajouté aux deux points de Rozenfeld aux lancers-francs, la Jeu recolle encore à 54 à 54. 

 « Ici, c’est Bourg-en-Bresse » 

Bourg et Nanterre sont à l’accoutumée des formations d’attaque. Ce soir, c’est plus l’agressivité défensive qui prône. Si le match avait commencé sur les chapeaux de roues, la seconde mi-temps est bien moins en réussite. La preuve, pendant trois minutes, seul Senglin trouve le chemin du panier avec un 2+1. Gray parvient un peu plus tard à aligner à 3 points, mais Juskevicius lui répond du tac au tac. Les visiteurs reprennent cinq points d’avance avec une claquette dunk de Gamble avant que Ndoye ne mette aussi le couvercle sur le cercle (35e 59-62).
Peacock maintient une nouvelle fois la JL dans ce match et se donne un petit match avec Hugo Invernizzi (16 points et 7 rebonds). Bourg est d’ores et déjà dans la pénalité avec un point de Gamble et c’est au tour d’Ulmer de sortir en boitant. Les Bressans n’abdiquent pas avec Gray qui remet de nouveau les compteurs à zéro puis c’est Moser qui aligne un lancer franc (38e 66-65). Une faute de Gray suit pour deux lancers de Senglin. Quelle fin de rencontre ! Peacock joue le maître de cérémonies en marquant à tout juste une minute du terme. Une bonne défense sur l’attaque nanterrienne suivante offre une balle à Rob Gray (18 points, 4 rebonds et 4 passes) qui conclut parfaitement sa contre-attaque . Il va faire chaud après le temps mort de Pascal Donnadieu avec un Ekinox debout (39e 70-67). La JL récupère un ballon et Peacock est trouvé en fin de possession sous le cercle. Dans une bronca, Invernizzi se retrouve aux lancers et rate sa deuxième tentative sous des “Ici ici, c’est Bourg-en-Bresse”. Mais Peacock rate à son tour ses deux tirs. C’est dingue. D’autant que Nanterre ne fait pas, à son tour, le bon choix et perd une balle pour revenir. À 0/4 aux lancers francs, le capitaine se doit de rectifier le tir et cela arrive enfin sur sa deuxième tentative. À sept secondes et avec cinq points d’avance, il semble bien dur de voir la JL plier même si on connaît les talents adverses. Juskevicius passe une dernière fois sur la ligne et un ultime panier de Gray sur une bonne remise en jeu permet à la Jeu de s’imposer sur le score de 75 à 70. 


La stat : 70


Comme le nombre de points inscrits par Nanterre 92. Rares sont les performances où le club francilien, meilleure attaque du championnat, se voit aussi limiter en attaque. C’est ce qu’il fallait ce soir pour gagner.

©Jacques Cormarèche