Toutes les statistiques

?Télécharger le calendrierVoir le calendrier

Stats du match

Bourg-en-Bresse
Paris
0
Rebonds total
0
0
Passes décisives
0
0
Interceptions
0
0
Balles Perdues
0
0
Évaluation
0

Bourg-en-BresseBourg-en-Bresse

Joueur MIN Tirs 2 Tirs 3 % Tirs LF % LF RO RD REB PD INT BP CTR PTS EVAL
Jordan Floyd 30 8-16 6-11 51.9 7-8 87.5 0 1 1 2 3 2 041 31
James Palmer 27 3-4 3-6 60 3-4 75 1 6 7 1 0 5 118 17
James Dickey 17 3-6 - 50 2-2 100 3 4 7 0 1 0 08 13
Hugo Benitez 28 3-6 0-1 42.9 2-2 100 1 2 3 6 1 1 08 13
Maxime Courby 24 1-4 1-2 33.3 - - 1 6 7 2 2 0 05 12
Frantz Massenat 31 2-5 1-3 37.5 4-7 57.1 0 3 3 3 0 0 011 9
Pierre Pelos 16 2-4 0-1 40 - - 0 4 4 0 0 0 04 5
Alexandre Chassang 15 1-3 - 33.3 - - 0 0 0 1 3 1 02 3
Kevin Kokila 21 1-3 - 33.3 1-4 25 1 2 3 0 0 0 13 2
Axel Julien 17 1-3 0-4 14.3 - - 0 0 0 1 0 1 02 -4

ParisParis

Joueur MIN Tirs 2 Tirs 3 % Tirs LF % LF RO RD REB PD INT BP CTR PTS EVAL
Ismael Kamagate 32 4-4 - 100 4-4 100 6 10 16 2 0 2 812 36
Tyrone Wallace 40 5-11 3-7 44.4 7-8 87.5 0 8 8 9 1 7 126 27
Aamir Simms 19 2-2 3-3 100 2-2 100 1 2 3 0 1 3 115 17
Kyle Allman 42 3-12 3-7 31.6 6-6 100 0 9 9 3 0 5 021 15
Amar Gegic 25 5-5 0-2 71.4 - - 1 2 3 2 2 2 010 13
Axel Toupane 35 3-8 2-6 35.7 3-3 100 0 2 2 2 1 2 115 10
Dustin Sleva 21 0-2 0-2 - - - 1 6 7 2 0 0 00 5
Gauthier Denis 10 - 0-1 - - - 0 0 0 1 0 1 00 -1
La feuille de match

Compte-rendu

BETCLIC ELITE / JOURNÉE 1

102

99

Score par quart-temps : 21-28, 20-27, 20-18, 32-17, 9-6

LE RÉSUMÉ

Les passionnés de basket et de la Jeu sont venus massivement en cette fin septembre. L’entame de jeu se fait dans un Ekinox surchauffé et forcément, cela déteint sur les acteurs de la rencontre.  

La rencontre démarre sur un rythme très élevé. Paris qui n’a pas forcément un banc très long avec l’absence de Begarin, n’hésite pas à accélérer le jeu avec des arrières en mode dragster. Pour la Jeu, c’est James Palmer Jr qui alimente la marque, 8 points en ce premier quart-temps. Les parisiens ne ratent plus et font un premier break au buzzer de ce premier quart-temps, 21-28. 

La confiance est contagieuse pour l’équipe adverse, et le niveau d’adresse est tellement haut que le capital point de Paris grime vite, trop vite pour la Jeu. En attaque c’est plus dur, les Bressans travaillent mais ne sont pas récompensés. Les bons tirs se font rares, la JL est bloquée en dessous des 30 unités pendant de longues minutes. Coach Freddy demande de varier les défenses, Jordan Floyd inscrit 11 points de rang, la Jeu vole quelques ballons et fait son retour dans le match, 40-48. Le public d’Ekinox n’attendait que ce moment là pour faire monter de quelques degrés la salle en température. Retour aux vestiaires sur le score de 41-55. 

Au retour de la pause, Maxime Courby et ses coéquipiers savent ce qu’il leur reste à faire, casser le rythme, reprendre le contrôle du rebond et enflammer la salle. L’un des joueurs dominants côté parisien, Simms, écope d’une 3e faute sur une offensive puis une 4e instantanée pour avoir montré son mécontentement. Le duo Palmer/Floyd se charge de raviver la flamme. Cela fonctionne bien, l’écart se réduit , -7 à la 23e, 51-58. Les bressans entament un travail de sape, pénaliser les parisiens en les agressant pour les amener dans la pénalité. Leader de l’attaque, Wallace prend sa 3e faute tandis que Simms est sur le parquet avec sa 4e faute. Ce travail portera-t-il ses fruits en fin de rencontre ? A suivre. Et voilà que Jordan Floyd provoque la 5e faute de Simms à la 28e minute.. Le 3e quart se conclut avec un déficit de 12, 61-73. 

Et Floyd activa le mode "Kobe Bryant"

Présent depuis de longues minutes sur le parquet, Kevin Kokila montre tout son potentiel, claquette dunk, contre en haute altitude. Pendant ce temps là, Jordan Floyd a activé le mode Kobe Bryant. Il continue à entretenir l’espoir des aindinois, déjà 28 points. La défense des locaux provoque de nombreuses balles perdues parisiennes, l’écart est désormais à 5, 75-80 à la 35e après un missile très longue distance de Frantz Massenat. En cette fin de match, c’est la Jeu qui souffre des fautes. Nos joueurs ne lâchent vraiment rien et il ne manque qu’une dernière estocade pour reprendre le contrôle de ce match, 83-88 à la 38e. La remonta est belle, il faut la conclure. Jordan Floooooooooooooooooyd 3 points, la faute en plus, bonifié, 87-88, 100 secondes à jouer. Jordannnnnnnn, 90-88. Le sniper américain joue désormais tous les ballons. Les parisiens égalisent et nous sommes dans la dernière minute. La dernière offensive revient à notre Jordan National et forcément c’est 3 points !!! 3 secondes à jouer et balle parisienne. Toupane fait mouche. Prolongation. Quel match. 

Le début de la prolongation est bien plus tendu et il y a un homme dont on n’a pas encore parlé, c’est Hugo Benitez. Le jeune catalan s’est mué en patron ce soir prenant « la » jeu à son compte. Ses 6 points ne reflètent que partiellement son apport dans les 10 dernières minutes. Sur un décalage, Hugo envoie la gonfle à James Palmer qui envoie la balle directement dans le cercle, 100-97, la Jeu a pris le match en main. Il reste désormais 6 secondes à jouer et Hugo est envoyé sur la ligne alors que la JL n’a plus qu’un point d’avance, 9 secondes sur l’horloge. Premier réussi, le 2e aussi, 102-99, temps-mort parisien. Les parisiens pourront-ils accrocher une 2e prolongation ? Sleva rate. La JL réalise le hold-up de l’année. 

Une victoire incroyable, une soirée record pour Jordan Floyd et 3400 sourires dans Ekinox ! Quel plaisir de se retrouver. Merci et bon dimanche ! 

SUIVRE LE MATCH

Réseaux sociaux

Alors, aviez-vous le bon Prono ?

N’oubliez pas de participer à notre jeu, “LES PRONOS by MINCIDELICE” sur l’application JL Bourg. A chaque match européen, tentez de gagner un cadre photo dédicacé ! Un cadeau offert par notre partenaire Mincidelice 

Crédit photo : Jacques Cormarèche

Les sons du match

Highlights & la réaction de Freddy Fauthoux pour l’après-match de cette 1ère journée de Betclic !

BETCLIC ELITE / JOURNÉE 1

102

99

Les belles images

L'incroyable match de Jordan

La réaction de Freddy

« C’est beaucoup de joie d’avoir remporté le 1er match de championnat. On sait que c’est un match à part, on ne sait jamais vraiment comment va réagir l’équipe sur un premier match officiel, c’est ça la difficulté. On connait à peu près la valeur de nos joueurs, ce qu’on peut proposer mais on ne sait jamais comment ils vont réagir. D’ailleurs, on a mal réagi sur 13 – 14 minutes (…) mais après la réaction proposée par les joueurs a été géniale. Ils ont fait ce qu’il fallait en termes d’intensité, de combat, de cohésion de groupe. Ils ont voulu aller chercher ce match là et ils l’ont bien fait. » 

Au micro Radio Scoop de Didier Berthet.

À propos du match

ven 23 septembre 2022
Betclic Elite #1 – 1er choc au rendez-vous
Ekinox se prépare à repasser de l'ombre à la lumière pour une nouvelle saison dans…

Les photos du Match