BETCLIC ELITE / JOURNÉE 21

74

70

Score par quart-temps : 19-12 / 17-22 / 23-13 / 15-23

LE RÉSUMÉ

Il y a un petit peu plus de dix ans, le public bressan découvrait Ekinox. Ce 4 février, la mobilisation est à son maximum pour les supporters Rouge et Blanc qui ont rempli leur salle préférée face au solide leader monégasque. La Jeu commence sa rencontre sur les chapeaux de roue, avec deux tirs primés de Jeremy Morgan et Isiaha Mike, ce dernier allant également claquer un gros poster sur la défense du roc (5e 10-04).
L’intensité est déjà à son maximum, avec des défenses qui provoquent un grand nombre de ballons perdus. Nos joueurs essaient de faire le break en usant beaucoup du tir longue distance. Mais pour le moment, cette option ne leur permet pas de creuser un plus gros trou. La Roca Team use de ses rotations et notamment de Mam Jaiteh et Petr Cornelie pour pilonner dans la peinture. Un petit rapprochement au compteur qui ne suffit pas pour le moment de réaliser un retour au contact, 19 à 12.

Les hommes de Sasa Obradovic vendangent pas mal de panier facile sous le cercle. Cela profite pour le moment à la JL qui garde la main. Cependant, il faut bel et bien corriger ces petits oublis qui pourraient vite coûter cher en fin de partie. Disons aussi que les visiteurs du soir sortent de deux rencontres cette semaine et on sent bien que ça leur pèse dans les jambes.
L’adresse à 3 points n’est pas au rendez-vous malgré un bon démarrage dans ce domaine coté burgien. Le besoin de trouver des alternatives se fait ressentir (15e 25-21).
Petit à petit, Élie Okobo et ses coéquipiers grappillent leur retard, jusqu’à passer en tête à trois minutes de la pause. La partie est verrouillée et on risque d’assister à une seconde mi-temps du même acabit, sauf si une des deux formations vient à se réveiller derrière l’arc, 36 à 34.

Gestion et abnégation

La reprise est donc tout aussi intense. Voir même agaçante puisque les coups de sifflets tombent comme la pluie à l’encontre de la Jeu. Il faut alors faire avec tous ses contacts, et avec quelques bobinettes de loin, la main reste burgienne (26e 46-43).
Monaco commet aussi des erreurs en attaque, sous l’impulsion rouge et blanche. En transition, la Jeu sanctionne un peu plus qu’auparavant, même si elle aussi laisse des points en route. Tout de même, dans cette bataille de tous les instants, l’adresse et l’agressivité plus convaincante de notre formation offrent un nouveau bol d’air à l’équipe de Freddy Fauthoux. À dix minutes du terme, la JL a fait un petit pas, mais rien n’est encore acquis totalement pour la victoire, 59 à 47.

L’ASM ne va pas lâcher si facilement cette partie. Souvent réactive dans les fins de rencontre, grâce à des rotations plus solides, elle parvient à refaire son retard. Jordan Loyd en tête de raquette puis au drive le prouve dès l’entame de cet ultime acte (33e 63-57). Il va falloir se rebeller, car l’écart fond comme neige sur le feu… Loyd réalise un travail monstrueux des deux côtés du parquet pour remettre son équipe à quasi-parité (37e 67-64).
Les secondes s’égrènent et pourtant, tout le monde a du mal à trouver son souffle, tellement l’atmosphère est bouillante ce dimanche soir. Les possessions filent d’un côté comme de l’autre, sans que la distance entre les deux formations ne changent vraiment. Jusqu’à arriver donc au moneytime, puis la dernière minute, où nos Aindinois doivent gérer ce court matelas de quatre points. Chaque équipe force, mais n’y parvient pas. Une ultime bonne défense et c’est Axel Julien qui va dunker en contre-attaque à quelques secondes du terme avant d’arrangeur Ekinox. L’ultime panier monégasque comptera pour du beurre. La Jeu est la deuxième équipe du championnat à faire tomber la Roca Team !!!!!! 74 à 70, notre super équipe poursuit sa belle aventure !

SUIVRE LE MATCH

Réseaux sociaux

Crédit photo : ©Jacques Cormarèche