EUROCUP / DEMI-FINALE match 2

82

71

Score par quart-temps : 19-18, 13-18, 27-17, 22-19, 23-19

LE RÉSUMÉ

16000, 17000 personnes. 40 minutes de jeu, 100 de stress. 1 victoire pour aller en finale. Des chiffres à nous donner le tournis. Twitter & Instagram promettent l’enfer aux bressans, ils sont prévenus. 

Au Sinan Erdem Sports Hall d’ISTANBUL, la JL a un premier rendez-vous avec son histoire, va jouer sa première balle de match pour atteindre la finale. 

Freddy Fauthoux et son équipe le savent, il faudra défendre et avoir les nerfs solides. On a hâte. On en oublierait presque le terrain, les ajustements tactiques, ce qui fait aussi le charme d’une série de Play-offs. Quels hommes vont se révéler ? Le suspense est entier. Une terre en salive d’avance. 

Les premiers ballons, forcément sont ultra disputés, les défenses plus qu’appliqués. À ce jeu là c’est Jeremy Morgan qui ouvre la marque avec un joli lay-up, 0-2. Les paniers se font rares, très rares et se méritent. 10-9 après 5 minutes. L’homme de ce début de match n’est autre que notre canadien préféré Isiaha Mike, 10 des 16 premiers points. Hugo Benitez est en difficulté sous la pression des meneurs turcs, la JL ne score plus, sans pour autant prendre l’eau durant ce passage délicat. Les bressans maitrisent le rebond, déjà 6 pour… Isiaha Mike omniprésent. 19-18. 

Inspirés les aindinois multiplient les bonnes situations, mais pêchent dans le dernier geste à plusieurs reprises. C’est dommage, en témoigne le 6/15 près du cercle, le cercle semble si petit dans cette arène incroyable. On pourrait se le dire en permanence mais c’est irrespirable, aucune des deux équipes ne parvient à faire un écart, ce n’est peut-être pas plus mal. Comme le dit souvent, Jacques Monclar, un bon match de traînard pour ne pas enflammer les 17000 fans, avec un petit coup de chaud dans le money time, est une option qui plairait à pas de monde en Bresse. La fin du quart est rouge, JeQuan Lewis marque un panier d’équilibriste, avec le lancer bonus, 32-36. Mi-temps, arrive enfin avec le plus gros écart du match en faveur de nos joueurs. Il faut dire que la défense bressane est incroyable pour l’instant, n’ayons pas peur des superlatifs. 

Le quart d'heure Turc...

Wow, il avait terminé fort la mi-temps, c’est lui qu’on retrouve en ouverture JeQuan Lewis plante à 3 points, 32-39. L’ambiance monte d’un cran nous semble-t-il. Coach Alimpijevic intervient même pour tempérer l’ardeur des fans turcs, l’autre joueur bouillant, c’est Jonah Matthews qui plante 7 des 9-0 du Besiktas, 41-39. On est sur un temps-fort turc. JeQuan toujours lui interrompt la série, avec deux lancers glanés sur la remontée de balle, ouf. L’ancien strasbourgeois Matt Mitchell enchaîne les bonnes actions, et dynamise toute son équipe, 55-46. On est sur un 23-7. Il faut tenir et freiner cette propension à lâcher le cuir à l’adversaire. La dernière minute voit Istanbul refaire un petit écart, 59-53, 10 minutes à jouer. 

La pression s’accentue, Jonah Matthews et Matt Mitchell enchaînent, l’écart grimpe, 70-58, puis 73-58 avec un 3 points plus qu’heureux avec la planche. Mal retombé Matt Mitchell est KO, le match est interrompu de longues minutes. Le momentum change, 11-1 en cours pour les bressans, 74-69, redonnant de l’espoir à tout un peuple Bressan. Derek Needham, prend ses responsabilités, climatise Bourg et réveille tout Istanbul qui ne demandait que ça. Le match est plié, 81-72. La Jeu peut nourrir quelques regrets, les occasions manquées en première mi-temps alors que la JL était plus forte. 

Il y aura un match 3, à Ekinox, mercredi soir, à un horaire inconnu pour l’heure. Tout se jouera à Ekinox. Let’s go ! En attendant, rendez-vous dimanche, retour au championnat à Ekinox pour affronter Dijon. 

Les marqueurs : Mike 19, Lewis 11, Brown 8, Kokila 7, Massa 6, Salash 6, Benitez 3, Morgan 4, Julien 2.

SUIVRE LE MATCH

Réseaux sociaux

Crédit photo : ©Alexia Graziani

A voir aussi :

La feuille de match