EUROCUP / FINALE

81

89

Score par quart-temps : 26-22 / 20-21 / 17-21 / 18-25

LE RÉSUMÉ

Place au match 2 à Ekinox, avec au moins, une ambiance bien différente de celle du match de mardi soir à Paris. On peut dire que celle-ci est très hostile à l’encontre des Parisiens et donne un sacré coup de pouce aux Bressans qui se sentent pousser des ailes en ce début de match. Après le vilain 0/9 à 3 points du match aller, la Jeu commence par un 4/5 dans le domaine avec la réussite de Lewis, Mike et Morgan. L’effet est inverse (5e 16-09).
Ce qui inquiète les supporters bressans, ce sont les prises de décision arbitrale dans ce premier acte. Alors que les deux formations défendent fortement, la sanction tombe plus facilement à l’encontre de nos joueurs. De quoi donner des lancers francs à Paris qui peut recoller au tableau d’affichage… Pour autant la JL arrive à mieux dérouler son basket et trouve des opportunités qui n’avaient pas été présentes à l’aller. Les sanctions à longue distance se poursuivent via Julien et Salash, preuve de la capacité à apporter du danger de partout. TJ Shorts gère toujours d’une main de maitre son équipe, qui, grâce à son meneur peut rester dans ce duel intense, 26 à 22.

Le son est tel que même les coups de sifflet ne sont pas audibles. La JL essaie de faire son trou, mais dans une finale, ce n’est pas si simple. Surtout quand vous avez un arbitre qui vous siffle tout contre vous, et inflige une faute à Morgan puis une technique, qui porte son compteur à quatre fautes déjà. On peut dire qu’on n’est vraiment pas aidé, même quand les Parisiens font le signe qu’ils ont fait faute… Attention à ne pas sortir non plus du match et laisser les Franciliens reprendre le contrôle (15e 36-31).
C’est un mano à mano qui se déroule ce vendredi soir. En grattant des ballons, le PB profite de Simon pour réduire la marque. La Jeu sait aussi faire des stops et répondre aux envolées adverses. À la pause, c’est avec trois longueurs que nos Rouge et Blanc ont le droit de rejoindre le vestiaire, 46 à 43.

Paris, plus réaliste

Le retour sur le parquet marque la remise à zéro des compteurs par Tyson Ward qui retrouve enfin la mire dans ces finales. Forcément, après vingt premières minutes avec une bonne adresse, celle-ci diminue pour nos joueurs après cet arrêt. Il va falloir trouver d’autres alternatives, car le Paris Basketball réinstalle son jeu et continue de dominer le rebond offensif. Une nouvelle fois, le compteur de fautes s’envole. On voit un énième 4 à 0 sur ce tableau. Forcément, cela aide les visiteurs à reprendre le contrôle. Bodian Massa sort de sa boite pour donner de l’espoir à tout un peuple (25e 52-53).
Paris la joue à la roublardise pour faire craque la JL. Des petits coups pour que ceux-ci soient rendus et qu’au final, ils reviennent à l’encore des burgiens. Nadir Hifi sort à son tour de la boite pour aligner des filoches. Les Franciliens font le trou dans ce trois quart-temps. Mais face à ses anciens coéquipiers, Jeremy Morgan ne veut rien lâcher et maintient toujours en vie son équipe qui n’est pas morte avant l’ultime, 63 à 64.

 

La JL sort son ultime arme défensive qui avait fonctionné à l’Adidas Arena : la zone. À quitte ou double pour ne pas prendre l’eau de loin et donner des possibilités d’avoir des tirs au poste bas. Étouffante va être cette dernière bataille de la soirée. D’ailleurs trois de ces tirs viennent sanctionner les Bressans qui subissent le réalisme parisien et notamment de Jantunen (33e 67-75).
Un coup de massue marqué par un 9 à 0 qu’il va falloir maintenant impérativement corriger car le temps tourne. Un coup de retour à quatre points, la JL encaisse toujours des paniers de l’autre côté. Dur dur. Très dur de voir ce chrono s’écouler en défaveur de nos joueurs qui ne déméritent pas. Au final, l’addition va être lourde mais c’est bien le Paris Basketball qui va remporter cette BKT Eurocup. Score final 76 à 87.

SUIVRE LE MATCH

Réseaux sociaux

Crédit photo : ©Vincent Chabrier

A voir aussi :

La feuille de match